Sintra, Cascais, Estoril, la côte sauvage

Marie-Laure Hardy

L'histoire

On aperçoit au loin ses dômes mauresques jaune ocre et rouge grenade. Au sommet de sa colline hérissée d’un immense labyrinthe végétal, le Palais National de Pena est l’âme de Sintra. Digne d’un conte de fées, ce joyau de la noblesse portugaise du XIXe siècle déborde d’extravagance. Le long de ses arcades moussus et de ses escaliers en colimaçons, on redevient un enfant aux yeux écarquillés, ravi de prendre part à sa magie. Cette merveille architecturale est loin d’être la seule de Sintra, jadis habitée par des souverains avides de fastueuses demeures.

Perchée en altitude, Sintra faisait le bonheur des aristocrates lisboètes en quête de fraîcheur. On marche sur leurs traces en s’aventurant dans les dédales du château des Maures, avant de se délecter de bacalhau com natas, la brandade de morue locale. On goûte à l’air iodé en rejoignant la côte Atlantique portugaise. Ses falaises et ses plages interminables n’ont rien à envier à celles d’Etretat. Sur la plage de Praia do Guincho, on déguste des brochettes de crevettes devant le spectacle de la mer agitée et des collines verdoyantes. Au loin, les surfeurs défient les vagues géantes, ivres des éléments déchaînés.

A Cascais, on retrouve un village de pêcheurs aux murs blancs éclatants ornés de bougainvilliers, alors que les effluves de sardines grillées viennent flatter nos narines. Sur la berge piétonne, tout le monde se retrouve pour siroter un vinho verde frappé, devant la plage à perte de vue. Un peu plus loin sur la baie de Cascais, il y a Estoril, « la ville des deux printemps ». Là, les palmiers se fondent dans le décor des parcs remplis d’essences tropicales et exotiques. Autrefois, la famille royale avait installé ses hôtels particuliers dans cette cité connue pour les vertus de ses eaux thermales. Un noble passé constamment rappelé par les demeures du XIXe siècle, immenses et colorées, qui jalonnent la côte. Mais surtout, Estoril abrite le casino vedette du célèbre James Bond Au Service Secret de Sa Majesté. On murmure que les espions européens y étaient particulièrement actifs pendant la seconde guerre mondiale, profitant de la neutralité portugaise. On y échange des confidences le temps d’un verre de Macallan millésimé. Lorsque le soleil décline, une agréable brise marine se lève et balaie les longues plages de sable doré redevenues silencieuses et les jardins secrets de cette côte si chère aux Lisboètes.

Quand y aller ?

Le climat portugais est bien sûr doux toute l’année, mais comme toujours, la façade atlantique reste pluvieuse en automne et en hiver. Le meilleur moment pour se rendre sur la côte s’étend d’avril à juin. On retrouve avec bonheur la chaleur du soleil longtemps oubliée pendant les mois d’hiver. Un avant-goût d’été tranquille, loin de l’affluence de juillet et août. Au mois de mai, le célèbre festival de Sintra rassemble la fine fleur mondiale des musiciens et danseurs classiques.

Comment y aller ?

Lisbonne est l’aéroport le plus proche, et le mieux desservi du sud-ouest du Portugal. La capitale est seulement à 30 minutes de route de Sintra, Cascais et Estoril. Depuis la France, une solution plus originale consiste à prendre un ferry jusqu’à Bilbao en Espagne, avant de voyager d’Est en Ouest à travers les beaux paysages du Portugal pour rejoindre la façade atlantique en voiture.

Expériences

Tournée des grands ducs

Sillonnez le territoire de Sintra, avec notre guide amateur d’histoires, petites et grandes. Hors des horaires d’ouverture, naviguez de château en palais, de couvent en jardin, tous vidés de leurs visiteurs. Déjeunez en grand seigneur dans un salon du Palais de Sintra et finissez la journée devant un spectacle de l'école portugaise d'art équestre, fière représentante du dressage des chevaux lusitaniens.

Sur les pas d’un aventurier portugais

João est passionné par les grands espaces, un flibustier de la terre ferme toujours à l'affût des points de vue secrets et des lieux cachés de sa région d’origine. A ses côtés, écumez les chemins de Sintra à Cascais, le long des forêts romanesques, des plages immaculées et des meilleurs spots de surf du Portugal. Vous pouvez aussi partir de nuit pour découvrir Sintra et Cascais du côté sombre, feu de camp et verre de porto inclus.

Emplettes gastronomiques

Au petit matin, plongez dans l’explosion de couleurs du marché de Cascais, en compagnie de notre grand chef gourmet. Il vous guidera à la rencontre de ses producteurs préférés le long des poissons, des produits du terroir et des légumes exposés entre les murs couverts d’azulejos. Puis il investira votre cuisine pour un cours magistral sur l’art du bien-manger à la portugaise et sur les plus belles recettes qu’il a glanées pendant trente ans de carrière derrière les fourneaux.

Nos adresses

Restaurante Piscina Azenhas do Mar

Entre terre et mer

L’immense baie vitrée du restaurant perché à flanc de falaise s’ouvre tout grand sur l’océan à perte de vue. Attablé devant un homard frais arrosé de Caipirinha, on se laisse bercer par le ressac des vagues qui se brise contre la piscine naturelle en contrebas.

Azenhas do Mar, 2705-104 Colares-Sintra

Cimas english bar

Côte scandinave

L’architecture nordique de cette maison, un temps tenue par un espion écossais, détonne avec les palmiers qui la longent. On y savoure gratiné de gambas aux épinards et lotte juteuse, les yeux rivés sur l’océan.

Avenida Marginal, 2765 Cascais

Conceito Food Store

L’inattendu

C’est vaguement incrédules que l’on s’enfonce dans une zone de lotissements pour rejoindre le repère du chef Daniel Estriga. Mais on oublie vite son appréhension en dégustant le menu surprise, concocté à partir des meilleurs produits des petits marchés et producteurs locaux.

R.Pequena L1, Bicesse, 2645 Cascais

Bar Fonte da Pipa

Derrière la fontaine

Impossible de rater ce minuscule bar, caché en plein coeur du Parc National de Sintra: la somptueuse Fontaine de Pipa et ses magnifiques azulejos ornent sa façade latérale. On y sert de délicieuses tapas au bar, qu’on déguste en s’amusant à détailler tous les ornements de la fontaine.

Rua Fonte Pipa, 11, Sintra

The Tasting Room

L’atypique

Un bar à vin insolite où l’on déguste de grands crus le regard rivé au plafond, tapissé de caisses de vins en bois enchevêtrées. Des assiettes de tapas sont confectionnées à la demande pour les petites faims, avec une mention spéciale pour le Pata Negra Bellota.

Rua Frederico Arouca, Cascais 2750-355

Bar Trem Velho

Le bar de l’Orient Express

A mi-chemin entre la gare et la mer, on sirote cocktails et digestifs confortablement installé sur des banquettes en cuir. Ce sont celles d’un vieux wagon de train vert émeraude qui semble tout droit sorti d’un western. De l’autre côté des rideaux rouges, la mer parfait le tableau.

Alameda Duquesa de Palmela No. 256, Cascais 2750-335

Adega Regional de Colares

Vignobles délicats

Les gigantesques fûts de ces caves historiques conservent les vins les plus prestigieux du pays. Guidé par un vigneron, on jongle avec les millésimes, avant de s’attabler avec 240 autres convives pour un dîner au milieu des fûts, éclairé par les lustres en cristal.

Alameda Coronel Linhares de Lima, n°32, 2705-351 Colares

Cabo da Roca

Rocher poétique

Une falaise abrupte de 150 mètres, un phare, une randonnée de 10 km, des rochers balayés par les vents…Cabo da Roca donne le vertige. « L’endroit où se termine la terre et commence la mer », dit la citation du poète portugais Luis Camoes que l’on peut lire sur le rocher qui fait face à l’océan.

Estrada do Cabo da Roca s/n, 2705-001 Colares

Boca do Inferno

L’antre de Lucifer

Littéralement « la bouche de l’enfer », cette vertigineuse mâchoire de pierre à quelques minutes de Cascais offre un spectacle fascinant. Les flots bouillonnants viennent se fracasser dans cet immense trou creusé par l’océan, dans un tumulte assourdissant aux airs de fin du monde.

Avenue Rei Humberto II de Itália 642, 2750 Cascais