Jeux de lumière à Marrakech

Yumi Kayayan

L'histoire

En dépassant les remparts de Marrakech, on arrive dans un autre monde, dans le faste de la ville rouge. Le riad est un havre de paix frais et verdoyant dans le tourbillon de la Medina. De son toit-terrasse, entre les cactus et les plantes exotiques, on aperçoit la tour rouge de la Koutoubia et les hauts remparts de la ville. Dehors, les rues, avec leurs couleurs et leurs bruits, sont à l’opposé du désert à quelques heures de route, pâle, chaud et muet. On emprunte ses labyrinthes ocres et on pense les avoir domptés, avant de s’égarer à nouveau. Chatons, mobylettes et murs aux cascades de bougainvilliers, chaque ruelle réserve une surprise.

La fraîcheur des souks pousse à se perdre, à s’inspirer des couleurs et des textures, à chiner l’improbable. A notre tour de tomber amoureux de l’artisanat Marrakchi. Les tapis berbères remplissent des salles fraîches et étonnamment larges dans cette ville resserrée. Moucharabiehs et sacs en cuir sont empilés à portée de main des marchands. Leurs couleurs, leurs tons rappellent ceux de la ville. Les épices de toutes les odeurs se présentent sans vitrine, inondées de couleurs vives. A la sortie des ruelles tortueuses, on prend un thé à la menthe servi bien chaud, parmi les charmeurs de serpents et les vendeurs de tortues. La cuisine locale est raffinée et piquante mais au-delà des tajines et couscous, de plus en plus d’établissements inventent leurs plats, aux accents européens et asiatiques.

Le Maroc est trop riche de paysages pour se limiter à la ville. Si on roule à travers les terres rouges autour de Marrakech, on découvre à quelques kilomètres les oasis les plus surprenants et leurs campements berbères. De là, on observe de plus près la majestueuse montagne de l’Atlas enneigée. Dans ces refuges, le raffinement extrême se mêle à la nature plus ou moins dominée. On lit dans les palmeraies et on fait la sieste sous les bougainvilliers. Au déjeuner, le couscous est servi sous les oliviers, près de sources où s’abreuvent les grenouilles et les chèvres. Dans le désert environnant, on croise quelques chameaux et tentes traditionnelles. On est tentés de se croire au milieu de nulle part, et pourtant, l’effervescence de la médina n’est qu’à trente minutes. Partout à Marrakech, le temps s’allonge, dans la nature comme à la ville. La culture arabe se mélange à l’influence française et crée un mariage irrésistible et unique, indéniablement dépaysant.

Quand y aller ?

La meilleure période pour découvrir Marrakech est le printemps entre mi-mars et mai, quand les roses sont en fleur et le ciel ensoleillé. L’automne entre septembre et novembre avec ses températures clémentes et ses airs de printemps est aussi une saison parfaite pour se balader dans les ruelles de la ville. Les mois d’été sont à éviter à tout prix, les chaleurs pouvant monter jusqu'à 45 degrés. Il ne faut pas oublier que pendant le mois du Ramadan, de nombreux restaurants sont fermés.

Comment y aller ?

Il est facile de trouver un vol des grandes villes d’Europe jusqu’à Marrakech. Son aéroport, Marrakech-Menara a récemment subi d’impressionnant travaux. Une fois sur place, la meilleure façon de se déplacer au sein de la médina est à pied. Pour accéder aux quartiers modernes par-delà les remparts tels que le Guéliz et l’Hivernage ou au désert d’Agafay, il suffit de héler l’un des nombreux taxis qui quadrillent la ville.

Expériences

Dîner au centre du désert

Partez à travers les dunes rouges pour rejoindre une petite oasis perdue au milieu du désert aride d’Agafay. Là, un écolodge et son îlot de verdure combattent vaillamment la sécheresse. Face au coucher de soleil, le dîner est servi sous une tente nomade; tout est préparé avec les produits fraîchement cueillis dans le potager. Musiciens gnawa, cracheurs de feu, acrobates entrent alors en scène, avec, pour décors, les oliviers et les terres orange à perte de vue.

Marrakech en sidecar

Embarquez pour une exploration sur-mesure de Marrakech et de ses alentours dans des machines à remonter le temps: des sidecars Ural de l’armée rouge. En tête de file, un expatrié qui vous confiera ses coins et recoins favoris et sa passion hautement contagieuse pour sa ville d’adoption.

Petit-déjeuner dans le ciel

Aux premières heures du jour, envolez-vous pour un petit-déjeuner servi à table à des centaines de mètres au-dessus du sol. Dégustez le festin de notre chef-pâtissier, alors que la montgolfière vogue vers l’Atlas et parcourt les territoires désertiques si particuliers au Maroc dans la lumière doré du matin.

Nos adresses

Al Fassia

Traditionnellement marocain

Les locaux auront tendance à qualifier Al Fassia d’incontournable. Ici, la cuisine est traditionnellement marocaine. On y déguste à la carte d’excellents tajines et couscous. Tous les plats sont délicieux, en particulier la pastilla au pigeon. Le personnel, exclusivement féminin, infuse dans cette institution de plus de vingt ans une atmosphère chaleureuse.

55 Boulevard Mohamed Zerktouni, Gueliz, Marrakech

Le Foundouk

Entre Orient et Occident

Trouver l’élégant Foundouk dans les ruelles de la médina demande un certain sens de l’orientation mais l’accueil, entre bougies et parfums de rose, vaut le détour. Foundouk signifie caravansérail mais ici la décoration contemporaine illustre à la perfection le style du nouveau Marrakech, mélangeant passé et présent, orient et occident. Le chef français sert une cuisine fine et raffinée, hybride d’influences marocaines et méditerranéennes, de tradition et de modernité.

55, Souk Hal Fes, Kaat Bennahid, Marrakech

Grand Café de la poste

Institution Marrakchi

Créé dans les années 20, le Grand Café de la Poste se démarque par sa décoration d’inspiration coloniale. On aime ses volets en bois, ses sièges en raffia et ses proportions grandioses. Le menu ne propose pas de classiques de la cuisine locale mais un menu typique de brasserie française. Un vrai régal, résultat d’une collaboration entre deux chefs Français et Marocain. Il faut absolument goûter leur magret de canard.

Avenue Imam Malik, Marrakech

Nomad

Cocktails avec vue

La porte du Nomad n’est pas facile à trouver. Une fois entré, on gravit ses escaliers pour accéder à la deuxième terrasse et à sa vue imprenable sur les toits du souk Laghzel et la montagne enneigée de l’Atlas (entre novembre et mai). Les cocktails y sont particulièrement délicieux, accompagnés par une cuisine fraîche et inventive.

1 derb Arjan, Rahba Lakdima, Marrakech

Le comptoir

Lounge oriental

Les soirs de weekend, le Comptoir accueille le tout Marrakech qui s’y retrouve pour boire un verre dans une atmosphère séduisante et contemporaine. Cette institution aux murs rouges et noirs fait aussi restaurant et est le lieu idéal pour prolonger ses soirées, entre danseuses orientales et DJs talentueux, le tout arrosé de cocktails savoureux.

Avenue Echouhada, Hivernage, Marrakech

Bô-zin

Jardin tendance

Ce restaurant et bar situé à quelques kilomètres des remparts de la vieille ville accueille une clientèle branchée française et marocaine. La bande-son est assurée par de très bons DJs, une musique lounge suivie de sons plus adaptés au dance floor à partir de 23 heures. On ne manque pas l’occasion de boire un mojito dans son jardin exotique.

Route de l'Ourika km 3,5, Marrakech

Le Beldi country club

Evasion magique

Pour une escapade hors du chaos de la médina, on part sans hésiter au Beldi country club à six kilomètres de la ville. Deux longues piscines y attendent sous les bougainvilliers, où on s’adonne au farniente le plus complet. Là-bas, on partage son temps entre les rosiers, les oliveraies, les restaurants, les boutiques originales et le Spa by Beldi, l’un des meilleurs qu’on ait essayés jusqu’à ce jour.

KM6 route du Barrage, BP 210, Marrakech

Mustapha Blaoui

Shopping éclectique

Mustapha est antiquaire et possède une véritable caverne d’Ali Baba où on pourrait passer des heures. On y découvre de l’artisanat, du plus ancien au plus moderne, de la vaisselle, des lampes uniques en passant par quelques pièces de prêt-à-porter soigneusement sélectionnées. On trouve de tout dans cette antre où l’on déniche forcément quelque chose à offrir ou à rapporter à la maison.

144 Arset Aouzal Rd, Marrakech

Le jardin Majorelle

Promenade mythique

Véritable tableau vivant, le jardin Majorelle demeure le passage obligé pour chaque nouveau visiteur de Marrakech. Les arbres et plantes exotiques bordent ses allées ombragées, bercées par le murmure des fontaines et le pépiement des oiseaux. Le mémorial d’Yves Saint Laurent, qui a racheté le jardin en 1980 avec Pierre Bergé, ajoute une dimension spirituelle à cet immanquable hommage à la couleur et à la nature.

Angle des rues Yakoub el Mansour et Prince Moulay Abdelah