Crète, l’île infinie

J.P.

L'histoire

Les grandes plaines remplies d’orangers ont laissé la place aux noisetiers et à la vallée. Devant nous, il y a l’entrée de la gorge d’Agia Irini: deux hautes montagnes ocre qui encadrent une entaille profonde, des pins vert vif qui s'agrippent de toutes leurs forces aux renforts vertigineux. Le fond du vallon est tapissé de rose, des centaines de lauriers en fleur poussent comme des herbes folles dans tous les coins. On s’avance et la gorge devient plus profonde, les parois plus abruptes. Sous la frondaison verte qui s’épaissit peu à peu, la lumière joue doucement avec les branches des cyprès.

Tout au long du chemin, la gorge oscille ainsi entre la force brute et le charme sauvage. Agia Irini est plus confidentielle, peut-être moins spectaculaire que les Gorges de Samaria et leurs remparts démesurés. Mais ici, pas un humain, pas un bruit, seulement le chant des oiseaux qui remplit l’air. Au bout du chemin, une petite taverne a installé ses chaises à l’ombre des vieux oliviers. Le patron crétois y sert le café fumant en détaillant chacune des gorges qui émaillent sa région. Chacune a sa personnalité bien sûr; comme tous les recoins de Crète, où chaque nouveau lieu est une surprise car il ne ressemble à aucun autre.

La Crète est une vaste terre d’exploration, la plus grande des îles grecques, avec ses gorges fantastiques, ses 35 millions d'oliviers, ses chèvres par milliers. On se perd facilement dans son immensité, d'autant plus que le « quart d'heure crétois » est bien réel: on se laisse vite porter par le temps qui passe et on ne presse pas la découverte. Le long des chemins de l’île, la mer turquoise succède aux montagnes boisées, les villages minuscules aux ports animés. Il n’est pas nécessaire de s’écarter beaucoup des sentiers tout tracés pour s’égarer sur des territoires qu’on croirait inexplorés. Sur la plage rose d’Elafonissi, lorsque le soleil commence à disparaître à l'horizon et que le sable rougit, on est seul au monde avec les embruns et le bruit des mouettes.

Sur l'île du roi Minos, le passé se mêle avec naturel au présent. On le trouve dans le palais déchu de Knossos et sur les tombes de Phourni, intactes depuis des milliers d’années. Mais il vit aussi dans la multitude de petits villages plein de charme qui parsèment l’île. Le long des chemins, on finit toujours par en découvrir un nouveau, comme figé hors du le temps. Loutro en est l’exemple le plus parfait, avec sa grappe de maisons blanches blotties entre deux collines pelées et sa baie minuscule.

On fait halte dans le hameau de Milia accroché dans les montagnes près de Kissamos. Autour de ce minuscule village farouche, les agriculteurs travaillent la terre avec respect. Là, on déguste les produits locaux directement chez les producteurs, sous les châtaigniers et les arbousiers de montagne. Mais ce fameux régime crétois, avec ses ingrédients frais et souvent crus, on le retrouve partout sur l’île, sur les tables en bois des innombrables tavernas locales. On l’arrose bien sûr d'un raki, ou d'un de ces vins régionaux, aussi multiples et changeants que la Crète elle-même.

Quand y aller ?

La Crète est accueillante en toutes saisons. Mais c’est en septembre qu’on l’aime le plus. L'été s’attarde avec ses baignades et son dynamisme local mais sans la forte fréquentation de visiteurs de juillet et août. Et surtout, les prémices de l'automne coïncident avec un événement rare et émouvant : l'éclosion de centaines de bébés tortues marines de l'espèce Caretta caretta. Trois plages crétoises, dont celle de la Canée, sont réputées pour ces émergences nocturnes et la course des petites tortues vers la mer. Un spectacle fantastique et inoubliable.

Comment y aller ?

La capitale Héraklion est bien desservie par des vols directs depuis plusieurs grandes villes européennes. Les plus patients peuvent arriver par la mer, en prenant un ferry depuis le Pirée athénien et quelques autres ports grecs. Sur place, louez une voiture pour pouvoir sortir des sentiers battus et explorer la Crète montagneuse et plus secrète.

Expériences

Dans les dédales de cuir de la Cannée

Remontez le temps dans l'une des dernières tanneries en activité du quartier de Tabakaria, à La Cannée. Sel, chaux, huile d'olive, colorants, tanins: découvrez la beauté du geste artisanal qui se transmet ici depuis plus de cent ans.

Devenez un expert de l'huile d'olive

L’huile d’olive symbolise à elle seule le régime crétois et parfume les savons naturels de l’île. Accompagné d’artisans passionnés, devenez un véritable expert de la cueillette des olives, de l'extraction de leur nectar et de la confection de produits typiquement méditerranéens.

Explorez des ruines millénaires à la nuit tombée

Au moment où les portes du site ferment au public, glissez vous entre les ruines du palais de Knossos à la suite de notre guide. Explorez ce joyau archéologique de la civilisation minoenne alors que le silence et la lumière du couchant enrobent les frontons et les colonnades.

Nos adresses

Gramboussa

Vues exceptionnelles

Fromage de chèvre crémeux, feuilletés d'agneau, lapin enveloppé de feuilles de citronnier... Le Gramboussa, sur l'île du même nom, cuisine des plats simples et délicieux. Sur sa grande terrasse ombragée, on mange face aux eaux turquoises de la baie de Kissamos.

Kaliviani, Kissamos, +30 2822 022707

Taverna Dionyssos

Le roi de la courgette

Dans cette taverne familiale de Mirthios, la courgette est reine. Assis parmi les oliviers au-dessus de la mer, on déguste les meilleures fleurs de courgette farcies de Crète. Elles sont cueillies fraîches au petit matin et servies avec un riz délicieux parfumé aux herbes.

Mirthios, Plakias, +30 2832 031005

Alekos

Repas sur mesure

Dans cette jolie taverna toute simple au centre du village d'Armenoi, il n’y a pas de menu. On pousse les portes des cuisines pour faire son choix et le chef mijote des plats personnalisés selon votre goût: saucisses locales, salades géantes ou porc assaisonné d'herbes stamnagathi.

Armenoi, Rethymnon, +30 2831 041185

El Mondo Bar

Le patriarche

Plus que trentenaire, c'est l'un des plus vieux bars du port de la Canée, et sûrement le plus dansant. On y danse jusqu’au bout de la nuit dans la musique et la bonne humeur du DJ d’El Mondo. Mention spéciale à la déco de bric et de broc, parsemée de messages de visiteurs.

35 rue Kondilaki, La Canée, +30 2821 088044

Maistrali

Le favori des locaux

Eau de vie incontournable en Grèce, le tsipouro fait l'objet d'un véritable culte local. Au point qu'on nomme « tsipouradiko » une petite taverne où on le sert accompagné de mezzés. On aime beaucoup celui de Maistrali, près du port de Rethymnon, décontracté et hors des sentiers battus.

27 rue Leoforos Kefalogianni Emmanouil, Rethymnon, +30 2831 042502

Eukalyptos

A l’ombre des remparts

Café reposant le jour et bar à cocktails prisé de la jeunesse crétoise la nuit, l'Eukalyptos possède un cadre qui ne ressemble à aucun autre: il a élu domicile entre les remparts vénitiens d'Héraklion. Installez-vous sur les tables d'extérieur pour siroter un café ou un cocktail à l'ombre des immenses eucalyptus à la fragrance suave.

49-51 Avenue Georgiadi, Parc de Komeno Benteni, Héraklion, +30 6949 333833

Le village d'Anogia

Arts et mythologie

L'endroit est exceptionnel à plus d'un titre. Anogia est niché à 750 m d'altitude sur le mont Psiloritis. De là, on embrasse du regard un paysage minéral, percé par la grotte mythologique d’Ideon, où Zeus aurait passé son enfance. La foudre s'est abattu sur le petit village pendant la Seconde Guerre Mondiale lorsque les Turcs et les Allemands l’ont ravagé. Comme si son passé lui avait forgé un caractère bien trempé, le village héberge une population énergique et fière de sa culture. Allez-y pendant le festival Yakinthia qui a lieu chaque été et est dédié à la musique et au théâtre, pour découvrir cette culture passionnée.

Anogia

Plage historique

Grottes, hippies et tortues

La baie de Messara, au Sud de l'île, accueille le village de pêcheur de Matala. Sa plage magnifique a connu plusieurs hôtes intrigants à travers les âges. Au néolithique, ses falaises de craie ont été creusées pour servir d’habitations. Les chrétiens les ont transformées plus tard en chambres funéraires, puis les hippies y ont élu domicile dans les années 60. Aujourd'hui, baigneurs et tortues marines se partagent la plage. Discutez avec les équipes bénévoles qui protègent les tortues pour faire plus ample connaissance avec ces magnifiques créatures marines.

Baie de Messara

D'Ouest en Est à pied

Randonnée au long cours

La Crète accueille l'un des chemins de randonnée les plus longs du monde : le sentier européen E4, qui s'étend du Portugal à Chypre, sur plus de 10 000 km et 11 pays. Empruntez-le à partir de Kissamos, où il est correctement balisé jusqu'à Kato Zakros. Ce tronçon crétois traverse l'île au fil des paysages extraordinaires. On chemine de plages isolées en montagnes piquetées de chapelles et gorges boisées, en faisant halte dans les petits villages qui émaillent le chemin.

A partir de Kissamos